13/08/2017

Un grelet, 2 bessons et une garce, ça donne un classique que t'adore mais qui t'énerve !

J'ai lu, sorti de mon bocal à anchois, "La mare au diable" de George Sand il y a 4-5 mois je crois. J'avais bien aimé l'écriture, mais l'histoire pleine de bons sentiments du XIXème siècle (c'est une femme donc, forcément, elle sait y faire avec les enfants, elle se tait et fait la vaisselle, wahou youpi tralala !) m'avait mis les nerfs en pelotes.

Et la semaine dernière, en parcourant mes livres numériques, j'ai vu que j'avais celui-là. J'avais complètement oublié qu'il était là ! Comme je m'attendais plus ou moins à ce qu'il ressemble à l'autre, ayant été écrit à peu près à la même période et faisant partie de ce que certains appellent "la série champêtre" de mamie Sand, je me suis dit que j'allais le lire vite-fait et ainsi passer à autre chose (parce que je déteste acheter un livre et ne pas lui donner sa chance).

Bah croyez-le ou non, mais ce satané bouquin est une putain de bonne surprise !


Editeur : France Loisir
Parution : 2016
Pages : 288

Résumé :
Dans le pays, on l'appelait la petite Fadette, car elle avait la taille d'un farfadet et les pouvoirs d'une fée.
Comme sa grand-mère, elle guérissait les hommes et les animaux. Landry, l'un des jumeaux de la ferme voisine, tombe amoureux d'elle. Mais l'amour d'une sorcière est mal vu dans cette famille, et il rend malade de jalousie Sylvinet, l'autre " besson ".







Je ne connais pas de résumé plus simpliste ! Ca dit presque tout ce qu'il se passe dans le livre, et c'est sans doute pour ça que j'en attendais pas beaucoup. De toute façon, dès que c'est une romance, j'y vais à reculons (oui, même si "Orgueil et Préjugés" est mon livre de chevet, oui, lâchez-moi la grappe !) Fort heureusement, ce que ces quelques lignes ne disent pas, ou peu, c'est que cette Fadette, qui s'appelle en vrai Fanchon Fadet et que tout le monde surnomme "le grelet" tant elle est vilaine, est crainte et méprisée par tout le village. Les enfants de son âge lui jette des cailloux, c'est dire ! Donc bon, on peut comprendre qu'elle soit mauvaise la miss, à force de recevoir des pierres sur la tronche. Pour ne rien arranger, sa grand-mère, qui l'a recueilli ainsi que son petit frère surnommé "le sauteriot" parce qu'il est aussi vilain que sa sœur et boiteux par-dessus le marché, est décrite comme méchante, connue comme étant une sorcière et une femme violente. Et puis, parce qu'il n'y a jamais assez de malheur, le grelet et le sauteriot ont été abandonné par leur mère qui a décidé de suivre les soldats (nous sommes en plein dans l'époque des guerres Napoléonienne) et donc considérée comme une femme de petite vertue, sans honneur ... une pute quoi, pour faire plus simple.

Voilà, je vous ai brossé le tableau. Et maintenant vous vous demandez sans doute pourquoi j'ai aimé ? Je me le demandais aussi au fil de ma lecture, rassurez-vous.

Bah parce que tout ça n'est pas du point de vue de la petite Fadette, ni même de son frère ou de sa grand-mère, mais de celui de Landry et de son jumeaux Sylvain, surnommé "les bessons" (sans doute le mot de l'époque pour parler de gémellité), qui, eux, naissent et grandissent dans une famille aimante avec des parents doux, compréhensifs et à l'écoute. Il n'y a donc strictement rien de mélancolique, rien de sombre dans ce roman malgré les moments où nous découvrons, à travers les yeux de Landry, la vie de la petite Fadette. Tout est lumineux et tendre.

Le début pourrait paraître un peu long, mais j'ai aimé découvrir la vie à la campagne, dépeinte par l'auteure avec tellement de charmes que je me sentais comme chez moi (je suis une grosse paysanne hein, je déteste la ville et ne me sens bien que quand je suis entourée de champs qui sentent la bouse de vache). Les bessons grandissent l'un avec l'autre, ils sont très très proches, autant que des jumeaux peuvent l'être, et puis un jour leur père, suite à une mauvaise année de récolte, en envoie un chez un autre fermier afin d'y travailler. Les deux garçons sont donc séparés, et c'est là que commencent les problèmes car si l'un, Landry, supporte plutôt bien cette séparation car il est volontaire de caractère, fort et sain de corps et d'esprit (un peu trop parfait le Landry d'ailleurs j'ai trouvé ... premier point négatif) ben Sylvain, lui, plus fragile, le vit très mal.

Ils atteignent l'adolescence et les filles commencent à les intéresser. Enfin, surtout Landry, qui se met à flirter avec la plus belle jeunette du village : Madelon. C'est là que la Petite Fadette entre en scène et vient bouleverser les certitudes du beau Landry. Oui parce qu'en plus, plus il grandit plus il est bel homme.

C'est une très belle et très mignonne histoire d'amour, car malgré les racontars et l'apparence un peu repoussante de la Fadette, qui est une jeune fille très sauvage et passe son temps dans les bois à cueillir des herbes en étant pieds nus, Landry ne va pas manquer de lui trouver des qualités. Ah oui d'ailleurs, c'est pour ça que tous la traitent de sorcière : elle connaît les vertus des plantes et sait soigner diverses maladie, autant chez l'homme que chez l'animal. Aujourd'hui on la traiterait plutôt de vegan ou de phytothérapeute. Mais bon, il y a deux siècles, les hommes commençaient à peine à émerger de quatre ou cinq siècles d'obscurantisme religieux donc faut se mettre dans le contexte aussi ... n'empêche que ça me gave toujours ça, j'y peux rien.

Quand j'ai commencé à découvrir le personnage de Fadette, j'étais agréablement surprise et l'aimais beaucoup. Vu le siècle auquel ce livre a été écrit je sentais comme un brin de révolte de la part de l'auteure, et j'appréciais qu'elle dépeigne un personnage féminin aussi peu commun à la littérature de l'époque. J'ai fait quelques recherches biographiques sur George Sand, parce que je suis une indécrottable curieuse, et découvert qu'elle était très volontaire, un peu rentre-dedans, et du genre à s'habiller d'un pantalon (une hérésie à ce moment-là !) sans oublier de choquer au passage à cause de ses histoires de cul un peu holé-holé. Et puis, apparemment, elle a été l'une des premières à signer ses romans d'un prénom masculin, et aurait lancé la mode. Merci mamie ! Bref, elle a fait beaucoup pour les femmes, elle prônait la passion, décrédibilisait le mariage et n'hésitait pas à dénoncer les mœurs vieillottes de cette société encore très conservatrice. Mais ...

Bah je ne l'ai pas trop vu dans le roman ! [Attention, léger spoil ici, 'scusez mais j'suis énervée je ne peux pas faire autrement !] Au début oui, effectivement, car la Petite Fadette n'hésite pas à dire les choses et faire face aux méchancetés sans courber la tête, indépendante et débrouillarde malgré son sexe et son âge et puis, parce que le beau Landry le lui fait remarquer sous forme de conseils bien masculins et bien conservateurs (nous y voilà !), elle décide de changer pour (lui) plaire, devient douce et sage, pieuse et timide. [Fin du spoil]

Merde quoi !

Ca reste une très belle histoire d'amour. Mais à cause de tous ces préjugés sur les femmes et leur façon d'être, de se tenir et de se taire, je ne peux pas m'empêcher d'être énervée. A la limite, j'aurais presque préféré que Fadette ne change pas, quitte à ce que Landry se barre. Pour ça que je ne peux pas en faire un coup de cœur, je suis déçue par ce choix. L'auteure était pourtant, apparemment, une femme émancipée d'après ce que j'ai compris, et baronne en plus donc elle pouvait quand même faire entendre sa voix (en tout cas plus que les femmes du commun) alors pourquoi choisir un tel chemin pour la Fadette ? Pourquoi faire d'elle une bobonne ?! Par peur de choquer la populace et Napoléon ? Allons, Mamie !

Pourquoi j'ai adoré ce livre alors ? L'écriture. Ben ouais, j'en n'ai pas encore parlé de celle-là. C'est magnifique. Bourré de mots oubliés aujourd'hui et pourtant tout est fluide et délicat. Et puis bon, les personnages, malgré qu'ils n'aient pas grand-chose d'original à la fin, je dois bien reconnaître qu'ils m'ont plu.

Et ouais, je ne vais pas être hypocrite non plus, une jolie petite histoire qui fini aussi bien, avec un si bel amour et tant de bonnes choses à la fin, ça fait quand même du bien de temps en temps.

C'est contradictoire, effectivement. En même temps, j'ai ressenti tellement de choses avec ce livre, autant négatives que positives, et je viens à peine de le refermer, que je ne suis pas encore vraiment remise de mes émotions. Flûte, voilà.


D'autres avis sur
http://www.livraddict.com/biblio/livre/la-petite-fadette.html



Je pense à une nouvelle rubrique pour le blog, histoire de parler un peu plus de moi, mais c'est pas sûr. Genre : mes passions en dehors de la lecture. L'ennui c'est qu'à part Pokémon, m'intéresse pas à grand-chose d'autre ...

Après un an, il est peut-être temps de faire des choses un peu nouvelles. Faut voir. D'autant que la rubrique Ecriture bouge pas des masses. Arff, bordel !

Allez, je retourne y réfléchir, vous, allez donc faire un tour ici :
TAG demi-bilan !
Un livre avec plein de chinois qui s'entretuent.
Croyez-moi pas si vous voulez, mais j'ai aimé un livre avec des vampires ...

4 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore lu Georges Sand - excepté un recueil de ses lettres échangées avec Musset -, et je crois que j'ai La mare au diable, mais pas La petite Fadette. Je pense que je ressentirai la même chose que toi par rapport au choix de l'auteur. Qu'est-ce que ça peut m'agacer quand les personnages féminins sont forts et indépendants, et finissent par changer pour plaire à un homme !! Mais j'ai quand même envie de le lire pour l'écriture !
    Des bisous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, si j'étais pas aussi facilement irritée par ce genre de chose, si j'étais plus romantique au fond de moi-même, j'aurais sans doute fait de ce livre un coup de cœur, parce qu'en y réfléchissant, on peut comprendre qu'une femme ait la volonté de changer pour l'homme qu'elle aime (c'est pas une bonne idée, mais ça se comprend ...) l'ennui c'est que j'en suis incapable -_-"
      XD
      Et te connaissant, tu apprécierais le talent de l'auteur plus que moi, l'écriture est du genre a totalement te plaire j'en suis convaincue :)
      Bisous à toi aussi :3

      Supprimer
  2. Je l'ai pas encore lu celui-là ! Et du coup, ta chronique donne envie !
    Avec George Sand ma lecture est un peu en demi-teinte. Je n'ai pas accroché avec la Mare au Diable et j'ai beaucoup aimé Pauline.
    Du coup avec la Petite Fadette, on va dire que ça va remettre la balle au centre X) Et puis j'aime tellement l'auteur en tant que femme que j'ai vraiment envie d'en découvrir plus à travers ses écrits. J'ai vraiment envie que ça accroche entre elle et moi X)

    Enfin, du coup ça fait un livre de plus à ajouter à ma wish ! Comme si elle était déjà pas assez grande comme ça xD
    Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que ça va me faire pareil !! J'ai pas du tout aimé "La Mare au diable" xD Me souviens de "Pauline", tu me l'avais recommandé, il est dans ma wish depuis :D Ce sera ma prochaine lecture Sand :)
      A mon avis, avec cette auteure, on a le même ressenti toi et moi, alors à tous les coups la Fadette te plaira :D

      Toi aussi t'as souvent agrandi ma wish, alors chacune son tour xD :P
      Bisous à toi aussi :3

      Supprimer