20/08/2016

A votre avis, ça ressent quoi une lettre perdue ? Solitude, désespoir, tristesse ... mais en même temps, c'est un sursis pour elle non ? Avant qu'on la décapite.

J'adore écrire des lettres. J'en envoie beaucoup à ma grand-mère (j'suis meugnonne hein ?) de temps en temps à maman (j'lui en envoie moins parce qu'elle ne me répond jamais, elle déteste écrire) pis à des potes ou des gens qui me manquent. A des inconnus, ce serait plus dur, c'est sûr.
Et puis j'adore en recevoir ! (pas tout non plus hein, factures et prospectus, j'en ai rien à brouter) Les cartes postales, j'adore !

Mais, et c'est plus fort que moi, à chaque fois que je poste un courrier, je ne peux m'empêcher de me demander : et si ma lettre se perdait ? Et si ...
Et j'imagine alors les péripéties qu'elle vivrait avant d'arriver à destination, ou bien d'atterrir chez quelqu'un à qui elle n'était pas destinée.

Voilà pourquoi ce livre m'a tapé dans l'œil ; ça et le fait que Kate Morton me tentait depuis un moment, sans que je puisse me décider.

Glouboudoubou

Editeur : Pocket
Parution : 2013
Pages : 832

Résumé :
Lorsqu'elle reçoit un courrier en provenance du Kent qui aurait dû lui arriver cinquante ans auparavant, Meredith Burchill révèle à sa fille Edie un épisode de sa vie qu'elle avait gardé secret jusqu'alors. En septembre 1939, comme beaucoup d'autres enfants, Meredith avait été évacuée de Londres et mise à l'abri à la campagne. Recueillie par des aristocrates du Kent dans le château de Milderhurst, elle était devenue l'amie de l'excentrique et talentueuse Juniper, la cadette de la famille.
Pourquoi Meredith a-t-elle dissimulé son passé à sa propre fille ? Et pourquoi n'est-elle pas restée en contact avec Juniper, devenue folle après avoir été abandonnée par son fiancé ? Afin de reconstituer le puzzle de son histoire familiale, Edie se rend au château de Milderhurst dont les vieilles pierres cachent plus d'un secret.


J'aurais pu être troublée par le nombre sans cesse croissant, à mesure qu'avançait l'histoire, de personnages charismatiques ; j'aurais pu être dérangée par les sauts dans le temps, les bonds en avant, les retours en arrière ; j'aurais pu être ennuyée par les longues introspections de chacun des personnages, leurs espoirs, leurs souvenirs et leur histoire.

Mais non. Pas du tout.

J'ai lu par-ci par-là qu'on lui trouvait beaucoup de longueurs et de descriptions inutiles. Et bien pas moi. J'étais tellement ensorcelée, prise dans les mots et leur force, que je n'ai pas vu les pages passer.

Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est que la trame principale (Edith enquêtant sur cette mystérieuse lettre reçut par sa mère) se passe en 1992. Et pour moi qui ais grandi dans les années 90, c'était un bonheur d'y revenir ! On est bien avant les années 2000, et ça fait du bien. En tout cas, étrangement, c'est l'une des raisons pour lesquelles ce livre m'a tant plu.
Ensuite, la trame secondaire se déroule, elle, de 1939 à 1941, dans le château de Milderhurst, lorsque Meredith est envoyée en campagne pour fuir les bombardements de Londres. Là, nous ne suivons pas qu'elle, alors âgée de 12 ans, mais également les trois sœurs Blyth y vivant, puis d'autres personnages encore qui, au fil du récit, vont venir greffer leurs histoires à celle du château (j'ai particulièrement apprécié la timide et mystérieuse Lucy !).

Puis finalement, on se rend vite compte que la lettre n'est pas le seul mystère mis en place. Oh non ! Il y en a beaucoup qui vont se révéler, et tous ayant pour seul et unique point de convergence : le château de Milderhurst ! Qui m'intrigue beaucoup désormais, de ce fait. Mais pas seulement. L'enquête de simple curiosité que mène Edith va vite se transformer en mystère littéraire, autour du livre : "La véridique histoire de l'Homme de boue", écrit par Raymond Blythe, le père des trois sœurs vivant au château. Et l'enquête d'Edith est si prenante, si puissante, que j'ai cherché à savoir si ce livre existait vraiment, si cet auteur avait vraiment existé, et figurez-vous que ...
Nan, vous dirais pas.
Mais râlez pas ! Evidemment que j'allais pas vous le dire.

Bref, j'en redemande, j'en veux encore !! Lire ce livre c'est comme déguster un chocolat chaud plein de marshmallow fondant au coin du feu. Les descriptions longues, fortes et lentes qui nous immergent totalement (et que d'autres ont trouvé "trop" et "inutiles") m'ont complètement cloué sur place. J'avais l'impression de sentir la poussière du château et l'odeur des vieilles pierres ; j'avais l'impression d'entendre le vent faire craquer ses poutres, la pluie battre aux fenêtres, et la tempête gronder dans le parc ; j'avais l'impression d'entendre murmurer les heures lointaines. Bref, j'avais vraiment l'impression d'y être, et c'est rare, très rare quand un livre contemporain parvient à m'engloutir de cette façon !

Ah ... je la voie venir votre question, vous ne pouvez pas vous en empêcher hein ?

Pourquoi j'en ai pas fait un coup de cœur ?
Pour faire parler les glands.

Hé hé hé hé !

Je rigole, on se détend ! C'était pas drôle ? Pardon.

Si je ne suis pas allée jusqu'au coup de cœur c'est parce qu'un bon nombre des mystères soulevés dans les deux premières parties du livre, bah je les ais résolus moi-même dès les troisièmes et quatrièmes parties. Ouaip. Je sais, j'suis trop forte. Je devrais ouvrir une agence de détective privée (je l'appellerais "Aux glands sauvages". Oui je sais, ça n'a aucun sens. J'aime les non-sens ... sauf les vampiiiiiiiiires !!)
Hum.
Revenons à nos vaches.
Autre chose m'a légèrement dérangé aussi : toutes les explications, toutes les résolutions, l'auteure nous les livre dans les toutes dernières pages, à peine 60 ou 70 pages pour tout expliquer. Du coup, c'est un peu fourre-tout, un peu rapide à mon goût, et j'ai trouvé dommage de terminer une œuvre pareille de cette façon.
Oui.
Oui exactement. Vous avez raison.
Le livre fait déjà 830 pages ... bah j'aurais aimé qu'il y en ait plus.

Du coup j'ai bien envie de lire d'autres livres de Kate Morton. En fait, j'crois que j'vais tous les bouffer.

Tiens, ça me fait penser que j'ai faim.
Oui, j'suis toujours en train de bouffer, c'est vrai. La taille de mes hanches me le rappelle assez, j'vous remercie.

Enfin, pour le prochain, je vais sans doute me lancer dans "Les brumes de Riverton".


D'autres avis sur
http://www.livraddict.com/biblio/livre/les-heures-lointaines.html


T'aimeras peut-être ça (ou pas, mais vas-y s'teuplait, pour me faire plaisir) :

Celui-ci aussi il m'a englouti, mais c'est un classique !
Voilà, j'ai vitriné ! Yahou !
Un peu de poésie coréenne dans ce roman de Kikim.
Tu veux parler de ta PAL avec moi ?



Pas de blague ou de question drôle cette fois, rien ne me viens à l'esprit.
Ou alors si, ça : vous croyez que les rêves se réalisent ? Si oui ... j'suis dans la merde.

5 commentaires:

  1. J'en ai de l'auteur qui m'attend, je ne sais plus lequel. A cette période où je réfléchis à ce que je vais emporter en vacances, ton avis tombe à pic :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah !! Heureuse d'avoir pu t'aider !!! Fonce hésite pas, j'suis sûre qu'ils sont tous bien !! Je serais ravie d'avoir ton retour lecture et vacances ;)
      Merci de ton passage :D
      Bonne journée !

      Supprimer
  2. Merci pour cette découverte, ça me donne vraiment envie de le lire ! (un peu dommage pour la fin quand même !)
    Bonnes lectures !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vas-yyyyyyyyyyyyyyyy !! Lances-toi c'est trop bon !!!
      Bon, après la fin elle m'a fait un effet plouf, mais c'est parce que j'voulais vraiment pas le finir alors je l'ai trouvé trop rapide, comme un cheveux sur la soupe.
      Mais Margaud Liseuse, qui l'a lu elle aussi, bah ça ne l'a pas dérangé du tout ;)
      Merci et bonnes lectures à toi aussi !

      Supprimer
    2. Je me lancerai alors !! C'est énervant quand un livre finit trop vite alors qu'on ne veut pas qu'il finisse !

      Supprimer