20/07/2016

Oh oui ... oh oui !!!! Fais-moi peur !!!!!

Karine Giebel est une auteure française de polar que j'ai découverte en 2013, à la sortie de son livre : "Le purgatoire des innocents" en grand format chez Fleuve Noir. Et quand je l'ai lu, j'ai eu peur, et mmmmmmmmmmmmmmmh j'ai adoré ça ! Peur à m'en ronger les ongles jusqu'au sang, peur à trembler !

Et voici le fautif :

Editeur : Pocket
Parution : mai 2014
Pages : 640

Résumé :
Je m'appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d'euros de bijoux. Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.

 "Je m'appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là..."


 Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer.


 "Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit..."



Avouez que rien qu'au résumé, vous avez eu la trouille !
Le pire avec Giebel c'est qu'elle nous fait voir des horreurs, mais des horreurs qui peuvent tout à fait se réaliser, des horreurs avec comme point d'ancrage la noirceur trouble de l'âme humaine. Elle met en scène des situations stupéfiantes, le plus souvent des huis-clos horrifiques, ou les agissements de certains personnages et leur réaction sont toujours justifiés par la peur, l'excitation ou la violence. Ou parfois les trois. Et quand je le lisais, je ne pouvais pas m'empêcher de me demander : qu'est-ce que j'aurais fait dans une situation pareille ? Est-ce que j'aurais réagis de la même façon ? Et parfois, la réponse était claire et terrifiante : oui. C'est effrayant parce que ça nous pousse à nous interroger sur nous-même, sur la violence et la noirceur qui peut dormir en nous.

Les deux frères que nous suivons ici, et leurs deux complices, vont, pour échapper aux forces de l'ordre suite au casse qui tourne mal, se réfugier chez une vétérinaire qu'ils prennent en otage afin qu'elle soigne le cadet blessé.
En parallèle, nous avons deux jeunes filles, des adolescentes, qui croisent la route d'un homme, qui nous parait d'emblé très louche!, en camionnette. Il est inutile de vous cacher la vérité : elles vont se faire kidnapper.
Mais où est le lien me demanderez-vous ? C'est là que Giebel est douée. Je ne vous en dis pas plus là-dessus.

Paradoxalement, j'ai un étrange reproche à lui faire : pas assez d'humanité. C'est noir, terriblement noir, il n'y a pratiquement aucun espoir dans le déroulement des choses, et en plus de faire peur, ça met le moral dans les chaussettes. Et moi qui suis une personne particulièrement sensible (si c'est vrai! Je vous assure !! ... qui a osé rigoler ?!!) bah ça me flingue carrément. Voilà pourquoi, et pour aucun des livres que j'ai lu d'elle malheureusement, je ne peux en faire de coup de cœur ! Simplement des lectures bien effrayantes et divertissantes.

Si vous n'avez jamais lu cette auteure, je vous conseille de commencer par celui-ci. Tous ceux que j'ai lu après m'ont paru bien plus ... fades. Je ne les ai pas tous lu, j'avoue, car il y en a beaucoup, mais vraiment, à mon sens celui-ci est le plus réussi de ceux que je connaisse (j'ai l'intention de lire les autres, vous en saurez donc plus)



D'autres avis sur :
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=74177




Parmi les 4 autres livres que j'ai lu d'elle, deux d'entre eux m'ont relativement bien plus :


Editeur : Pocket
Parution : 2009
Pages : 320

Résumé :
Elle est belle, attirante, disponible. Il n'a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre. A présent il est seul, dans une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement. Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n'est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince...

Un homme est kidnappé. Jusque là, je pense que vous l'aviez compris vous-même. Celle qui le séquestre semble avoir un compte à régler avec lui, et lui ordonne d'avouer ses crimes. Mais ...
C'est un livre très court, et tout ou presque se passe entre cet homme et cette femme. Autrement dit, il ne se passe pas grand chose. Pourtant la tension est formidable, on serre les fesses et on prie !
Malheureusement, si je l'ai moins aimé, c'est parce qu'on tourne en rond, terriblement en rond. C'est court, et pourtant ça aurait sans doute gagné à l'être encore plus. Néanmoins, c'était un bon moment ... si on peut appeler un bon moment quelques heures passées à péter de trouille.


Editeur : Pocket
Parution : 2010
Pages : 256

Résumé :
Ils sont là. Ils approchent.
Aboiements. Tonnerre de sabots au galop…
La forêt est si profonde … Rien ne sert de crier.
C’est le plus dangereux des jeux. Le dernier tabou. Le gibier interdit…
Le hasard les a désignés. Diane aurait dû rester à l’hôtel, ce jour-là. Au mauvais endroit, au mauvais moment … Quant à Rémy le SDF, s’il a perdu tout espoir depuis longtemps, c’est la peur au ventre qu’il tente d’échapper à la traque.
Ils sont impitoyables, le sang les grise.


Diane est photographe et gagne un village un peu paumé pour y faire un petit reportage photo. Là, elle apprend qu'une jeune femme a été retrouvée morte dans les bois. Un matin, elle assiste à une scène terrible à laquelle elle n'aurait pas dû assister. Et la terreur commence.
Rémy décide un jour d'aider un homme agressé dans la rue. Il est SDF, les gens passent sans le voir, mais lui il voit. Sa bonté lui fera vivre un enfer.
Ici, mon cœur a palpité. Pour échapper à des monstres, Diane et Rémy vont devoir courir. Et courir vite. Leur vie est en jeu. Et j'ai couru avec eux tant c'était intense ! J'ai été terrifiée avec eux !
Mais, là encore, j'ai un petit reproche à lui faire : contrairement au précédent, je trouve que des pages en plus ne lui aurait pas fait de mal.
Je m'explique : je me suis énormément attachée à Diane et Rémy, malheureusement on en apprend très peu sur eux, sur leur passé, leurs désirs, bref, sur tout ce qui aurait pu faire d'eux des personnages plus profonds.



Et voici à présent les deux autres, que j'ai trouvé nuls. Nul à chier. Une perte de temps. Très, très, très déçue. M'enfin, c'est que mon avis.


Editeur : Pocket
Parution : 2015
Pages : 384

Résumé :
Lorsque François apprend que sa tumeur est incurable et qu'il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, il monte en voiture et erre sans destination. En chemin, il prend en auto-stop, un autre fuyard, Paul. En quelques jours, les deux hommes apprennent à se connaître et à profiter de la vie.


Voilà. Rien d'autre à dire. François est un cancéreux en train de mourir, et Paul est un fuyard. Rien d'intéressant. Je n'ai pas retrouvé ici le frisson et la peur des autres, et je ne me suis absolument pas attachée aux personnages. Ni à l'un, ni à l'autre.
A vous de voir.


Editeur : Belfond
Parution : mars 2016
Pages : 528

Résumé :
« Le temps de l'impunité est révolu. Le temps des souffrances est venu. » 
Elle ne m'aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd'hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j'ai posé une couronne de fleurs commandée sur Internet. Car moi, j'ai voulu l'aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n'aime pas ainsi. Que m'a-t-elle donné ?
Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c'est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j'ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. 
Lorsque j'arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d'entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu'un tabouret au centre de la pièce. J'essuie mes larmes, je m'approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l'enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Ecrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n'a plus aucune limite. La haine. Voilà l'héritage qu'elle me laisse.

Long, long, terriblement long et beaucoup trop long !! C'est répétitif, ennuyeux, et pour une fois incroyablement prévisible !! Je ne me suis attachée à personne, et c'est bien la première fois que son style haché m'a fait chier.
Cependant, il y a une raison bien personnelle à mon manque d'enthousiasme. L'un des personnages est une jeune femme dont le père très riche lui passe tous ses caprices, et mademoiselle est malheureuse ! La pauvrette, elle a tout ce qu'elle veut, mais son pôpa n'est jamais là alors elle fait des caprices de gamine de 5 ans. Vous l'aurez deviné, j'ai du mal avec ce genre de personnage.



Et voici maintenant 4 autres livres de Karine Giebel que j'ai bien l'intention de lire :
 



J'espère que vous aurez apprécié ce premier avis Lecture ! Sinon, si vous avez trouvé ça pourri, vous pouvez le dire aussi, je ne me vexerais pas.
Je me transformerais juste en cafard pour vous rentrer dans l'oreille et vous grignoter la cervelle.

2 commentaires:

  1. Purgatoire est aussi celui qui m'a le plus marquée, un vrai coup de poing ! Mais s'il est en effet plutôt dénué d'espoir, je ne trouve pas qu'il le soit d'humanité, Raphaël m'a paru très humain au contraire.

    Contrairement à toi j'ai beaucoup aimé Satan était un ange, qui pour le coup est très humain !
    Mais je comprends pourquoi tu n'as pas apprécié De force, même si j'ai quand même bien aimé (j'avoue que je me suis attachée au héros), il n'a clairement pas la complexité de ses autres romans. Ca aurait été un bon thriller de quelqu'un d'autre, mais d'elle c'est un peu décevant. J'ai aussi eu beaucoup de mal avec la gamine ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est pas faux, maintenant que tu le dis Raphaël était plutôt empathique, je veux dire il s'inquiétait de ce qu'il pouvait arriver à l'adolescente. Mais envers la vétérinaire, je le trouvais vachement cruel !!
      C'est tout à fait ça !! T'as dis les choses mieux que moi ! (pas trop dur, j'ai la capacité d'expression d'un concombre de mer ...) de sa part, c'était décevant ! De bons polars, oui, mais trop faciles pour être des Giebel ;)
      Quant à la gamine, on est d'accord, ça me rassure :P
      Merci beaucoup pour ton comm' !

      Supprimer